Invest For Society en soutien à MSF dans la lutte contre le Covid-19

Invest For Society > IFS > Invest For Society en soutien à MSF dans la lutte contre le Covid-19

Invest For Society en soutien à MSF dans la lutte contre le Covid-19

Grâce à la levée de fonds organisée par Invest For Society pour contribuer dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, MSF qui a été destinataire d’une partie des fonds nous éclaire sur leur mission pendant cette période:

En Europe : les systèmes de santé à l’épreuve de la pandémie

Les systèmes de santé, même les plus avancés, ont été mis à rude épreuve par un afflux massif de patients nécessitant des soins intensifs. L’épidémie de Covid-19 a participé à creuser les inégalités sociales et ceux qui étaient déjà éloignés des soins médicaux le sont davantage encore. Une des priorités de MSF a été d’agir pour que les plus précaires ne soient pas laissés de côté. MSF est intervenue dans une dizaine de pays européens, dont l’Italie, l’Espagne, la Belgique et la France.

 

En France, nos équipes sont mobilisées aux côtés des populations vulnérables (migrants et demandeurs d’asile, personnes sans-abri, etc.). Après deux mois d’intervention, ce sont près de 1 500 consultations qui ont été réalisées par nos équipes.

MSF intervient également en soutien à différents hôpitaux, notamment au CHU de Reims avec la mise en place début avril d’un hôpital gonflable pour désengorger le service de réanimation, et au sein d’une unité de 10 lits à l’hôpital Albert Chenevier (groupe hospitalier Henri Mondor) à Créteil, pour des patients atteints de forme sévère du Covid-19. Ces opérations en milieu hospitalier seront bientôt clôturées suite à l’amélioration de la situation dans les hôpitaux.

Enfin, MSF intervient également dans les EHPAD, où la situation est particulièrement préoccupante : seulement 1% de la population française y vit, mais leurs résidents représentent près de la moitié des décès liés au Covid-19 en France. Actuellement, nous proposons une assistance médicale et technique principalement dans les Hauts-de-Seine et en Seine Saint Denis afin de faciliter les visites des proches des résidents de manière sécurisée. Un psychologue a également rejoint l’équipe afin d’identifier les besoins en santé mentale et de proposer des groupes de discussion pour les personnels des EHPAD.

 

Dans le reste du monde : des systèmes de santé fragilisés par la crise sanitaire

Si une diminution des hospitalisations semble peu à peu se profiler dans plusieurs pays d’Europe, la situation dans le reste du monde est très variable d’un pays à l’autre : de nombreux pays observent une augmentation parfois rapide du nombre de cas. Par ailleurs,la pénurie d’équipements personnels de protection fait subir une pression considérable à des systèmes de santé parfois très fragiles.

 

Quelques exemples d’intervention :

Au Mali, à Bamako, MSF soutient la gestion d’une unité Covid-19 à Bamako, dans l’enceinte de l’hôpital où elle gère son programme régulier d’oncologie. MSF fournit une équipe médicale afin de mettre en place des circuits pour la prise en charge des cas confirmés et suspects. 175 patients ont déjà été admis par les équipes.

 

Au Burkina Faso, à Ouagadougou, MSF poursuit la construction et la réhabilitation d’un centre de traitement de 50 lits pour la prise en charge du Covid-19. A Bobo Dioulasso, 2ème ville du pays, les équipes MSF assurent les soins aux patients atteints de Covid-19 dans un établissement spécialisé, en collaboration avec les autorités sanitaires. MSF a notamment installé un générateur d’oxygène permettant de fournir de l’oxygène à plusieurs dizaines de personnes simultanément.

 

Au Brésil, les activités ont débuté début avril à São Paulo notamment, avec le dépistage des personnes sans-abri et d’autres groupes vulnérables pour gérer les cas suspects de Covid-19.Les taux d’infection semblent très élevés. Les équipes ont aussi visité des refuges et dispensé aux professionnels de la santé une formation de base en matière de santé et de contrôle et prévention des infections.

 

Retrouvez nos interventions face au COVID-19 : https://www.msf.fr/actualites/coronavirus-suivez-l-evolution-de-nos-interventions-dans-le-monde

 

Le Covid-19 et son impact sur l’accès aux soins dans nos pays d’intervention

La pandémie a un impact considérable sur nos programmes réguliers, dans lesquels nos équipes  prennent en charge des blessés de guerre, des femmes enceintes, des enfants malnutris, des personnes affectées par le VIH ou encore la tuberculose. En cause : lesrestrictions de déplacements dans le monde, le manque de personnel expatrié et les problèmes d’approvisionnement en matériel de protection individuelle, le surcoût de nos projets lié à l’épidémie. Dans certains pays, et malgré tous les efforts fournis par noséquipes, nous avons dû restreindre ou suspendre certaines activités.

 

A Amman en Jordanie, MSF a suspendu les nouvelles admissions et les opérations dans son hôpital de chirurgie reconstructrice dédié aux blessés de guerre de la région depuis le début du mois d’avril, afin de se préparer à recevoir des patients Covid-19.En 2018 et 2019, ce sont en moyenne 45 nouveaux patients venant de pays voisins qui ont été admis chaque mois à l’hôpital.

 

A Nairobi au Kenya, les urgences de l’hôpital Mama Lucy et le service d’ambulances soutenus par MSF prennent désormais uniquement en charge les cas critiques, faute d’équipement de protection. L’hôpital se trouve à Mathare, un bidonville où vivent plusde 500 000 personnes dans des conditions précaires. En 2018, la Banque Mondiale estimait que plus de 36% des Kenyans vivaient sous le seuil de pauvreté, notamment dans des quartiers comme celui de Mathare où l’accès aux soins est déjà limité.

 

A Peshawar au Pakistan, depuis mi-avril, la maternité dans laquelle MSF travaille depuis 2011 a fermé ses portes à la suite de l’infection d’un membre du personnel soignant. Elle accueillait principalement les populations défavorisées des zones ruraleset tribales de la région Khyber Pakhtunkhwa dans le nord du Pakistan, où l’accès aux soins de santé est déjà très réduit.

 

Problématique de l’approvisionnement en matériel et perspectives

Les données épidémiologiques semblent démontrer que nous faisons face à une urgence de long terme qui touche la plupart de nos pays d’intervention ; la crise du Covid-19 se superposant à d’autres crises sanitaires ou problématiques d’accès aux soins. Il nousfaut intégrer cette nouvelle donne pour poursuivre efficacement nos missions, avec comme priorité la protection de nos soignants et nos patients.

Si nos stocks en masques sont désormais suffisants pour travailler dans de bonnes conditions sur les prochaines semaines, nous manquons encore cruellement de tests de dépistages.

Je vous adresse le lien vers la tribune de Thierry Allafort-Duverger publiée dans Le Monde le 14 mai dernier qui dénonce le manque de transparence de la disponibilité réelle et les critères d’allocation des équipements de protection :

https://www.msf.fr/actualites/coronavirus-le-materiel-de-protection-pour-les-soignants-doit-etre-considere-comme-un-bien-commun

Related Posts

Leave a Reply